La Fondation Layer 1 : vers une gouvernance innovante des méta-protocoles cryptos

Une nouvelle ère pour la gouvernance des méta-protocoles

Dans un paysage crypto-monétaire en constante évolution, où les méta-protocoles deviennent des acteurs de premier plan, la question de leur gouvernance se pose avec une acuité particulière. À l’instar du récent initiative autour du protocole BRC-20, l’annonce de la création de la Fondation Layer 1 (L1F) par son créateur, Domo, marque un tournant significatif. Désormais, cette entité à but non lucratif se dédie exclusivement à la régulation et à l’évolution du BRC-20, en collaboration étroite avec des entreprises de renom telles que Unisat et Best In Slot. Ce partenariat, guidé par le souci d’une croissance soutenue des méta-protocoles de Bitcoin, vise à offrir un cadre d’innovation solide, mais surtout décentralisé, pour les standards émergents.

Les implications d’une maintenance partagée

L’une des avancées majeures de cette initiative réside incontestablement dans la nomination d’Unisat et Best In Slot en tant que co-mainteneurs du protocole BRC-20, répondant ainsi à des préoccupations croissantes envers une centralisation potentielle. Unisat, à l’origine de l’indexeur BRC-20 en étroite collaboration avec Domo, s’est distingué par son rôle pivot dans la cotation des tokens BRC-20, récemment valorisés à hauteur de 5 milliards de dollars. D’un autre côté, Best In Slot a introduit une solution d’indexation décentralisée, illustrant une volonté commune d’assurer la décentralisation progressive de l’infrastructure sous-jacente aux méta-protocoles. Cette approche collaborative, sous l’égide de la L1F, ouvre la voie à une maintenance partagée en accord avec les lignes directrices de la Fondation.

Une gouvernance démocratique et représentative

Consciente de l’importance d’une gouvernance démocratique, la L1F a par ailleurs désigné cinq entreprises d’Ordinals dans son Comité de Surveillance, chargé de faire respecter les directives de gouvernance pour le standard BRC-20. Hiro, Allium, ALEX, Oyl Dynamics et UTXO Management, ces acteurs incontournables de l’écosystème BRC-20, se portent donc garants de l’équité et de la neutralité du mécanisme de décision. Ce modèle, s’inscrivant dans une perspective d’intérêt général, renforce la stabilité et la pérennité du protocole, tout en assurant une représentativité maximale des parties prenantes. La L1F, qui bénéficie du statut 501(c)(6) de non-profit aux États-Unis, a pour ambition de favoriser le développement des méta-protocoles au-delà du BRC-20, en fournissant ressources pédagogiques et outils nécessaires pour stimuler l’innovation dans les écosystèmes natifs de Bitcoin, de manière juste et équilibrée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *