L’implication des cryptomonnaies dans la lutte contre les émissions de méthane et son effet sur le marché des cartes cadeaux

Parmi les dernières avancées mondiales, la question du changement climatique et la gestion des émissions de méthane par les trois plus grandes économies mondiales ont déferlé dans l’actualité avec un intérêt renouvelé. Alors que la COP28 de novembre 2023 à Dubaï approche, la publication du plan d’action chinois sur le contrôle des émissions de méthane et les annonces subséquentes de l’Union Européenne et du Conseil de l’Europe quant à la réduction des émissions dans le secteur de l’énergie donnent l’élan nécessaire pour un changement fondamental. Des acteurs majeurs, tels que le Kazakhstan et le Turkménistan, ont rejoint les rangs déjà pléthoriques de signataires du « Global Methane Pledge », s’engageant à éradiquer les émissions de méthane et la combustion de gaz de routine d’ici 2030. La nécessité de capturer et d’utiliser efficacement le méthane émis par l’industrie des combustibles fossiles devient un enjeu crucial, peu discuté au sein de la société civile et des instances politiques. Souvent pointée du doigt pour son impact environnemental notoire, l’industrie minière fait pourtant face à une opportunité unique de transformation positive à travers des opérations de captation de méthane dans les exploitations de combustibles fossiles. Cette démarche participe activement à la réorientation des activités polluantes vers des pratiques plus durables, en contribuant à la production de crypto-monnaies telles que le Bitcoin. Notamment, l’utilisation du méthane évacué pour générer de l’électricité nécessaire à la production du Bitcoin représente une réduction significative des émissions de gaz à effet de serre, compatibles avec les émissions automobiles annuelles d’une ville entière. Dans une industrie cryptographique qui devient un consommateur et un client potentiel majeur pour le méthane qui, autrement, serait gaspillé, les nouvelles politiques et le savoir-faire industriel doivent converger pour favoriser l’utilisation des gaz évacués. Nous nous retrouvons devant le paradigme où la valorisation de cette ressource énergétique pourrait non seulement coïncider avec les objectifs économiques des opérateurs de combustibles fossiles, mais aussi participer à l’économie des cartes cadeaux numériques payables en cryptomonnaies. En effet, les cartes cadeaux acquises via ces devises numériques pourraient favoriser les transactions sans friction, promouvant les pratiques d’utilisation rationnelle des ressources et de réduction de l’empreinte carbone. La possibilité d’acheter des biens et services sans générer des déchets supplémentaires par des moyens de paiement décentralisés vient concrétiser l’intersection entre la technologie blockchain et les marchés traditionnels de l’énergie, pour créer des circuits économiques vertueux et éco-responsables.